Brera Vs GT – Le coupé selon Alfa…

Enfin quand je dis Le coupé c’est faux. C’est surtout la vision d’Alfa du coupé 2+2 des années 2000… Mais ça rentrait pas dans le titre, et puis même si c’était rentré c’eut été le titre le plus long et chiant du monde ! Comme cette intro foireuse d’ailleurs ! Admirons plutôt ces splendides GT Grigio et Brera Rossa !

La dynastie des coupés Alfa compte quelques modèles fabuleux. Giulia Sprint, GTV 116, GTV 916 entre autres… Les Brera et GT en sont les dignes petites fillottes et sont respectivement dérivées des 159 et 147/156. Dont elles gardent toutes les qualités et défauts. Un peu comme l’oignon et l’échalote m’voyez ? C’est bon mais ça fait chialer ! Quoi qu’il en soit, une Alfa reste une Alfa. Des espèces de tas de rouilles bourrés d’emmerdes dont personne ne veut ! (Faut que je dise ça sinon tout le monde va se mettre à en acheter ça va faire monter la cote !) mais pensionnaires à jamais de la section Ultra cool du Cool Wall !

La GT est dévoilée en 2003 au salon de Genève. Pour faire simple ce sont des éléments de 147 posés sur un plateforme de 156. Que du bon, bien qu’un peu plus consensuel que les productions passées. Même si certains ne se sont toujours pas remis du passage à la traction, il n’empêche que la 156 et la 147 ont permis à Alfa de se remettre sur les rails après une décennie difficile. La GT à pu ratisser une large clientèle grâce à tous ses moteurs, dont le V6 Busso 3.2 des 147/156 GTA dégonflé à 240 cv, un grand coffre et une place plus qu’honorable pour les passagers arrière. (Chapatate sors de ce corps !)

La Brera montra le bout de son capot 2 ans plus tard toujours à Genève (en même temps, partant de Milan c’est plus direct que Detroit hein !) sous la forme d’un concept-car équipé d’un V8 de 400 cv. Si les traits sont restés sensiblement les mêmes sur la version de série, le V8 est passé aux oubliettes et la carrosserie sera posée sur la plateforme de la 159. Dont elle gardera aussi tous les moteurs. L’intention est bonne et la Brera est globalement une bonne bagnole. Mais elle à été victime des mêmes défauts que sa frangine berline : l’embourgeoisement d’Alfa qui s’est traduit par hausse des prix de la gamme et le poids trop élevé. En haut du panier, le vaillant 1750 TBI et surtout le V6 Holden qui à eu du mal à être digéré par les fans. Les mêmes qui n’avaient déjà pas digéré la traction. D’ailleurs une boite d’imodium était vendue avec toutes les 159 et Brera pour faire passer la pilule.

Le GT appartient à Pierre alias Raul (aucun lien…), tombé dans la marmite rouillée d’Alfa après avoir conduit la Giulietta de son pote Michel. Il se dépucelle en 2014 avec une 159 SW diesel qui lui à apporté beaucoup de joie… Et de particules fines ! Mais comme pour pouvez le constater il est très vite revenu à la raison. Pierre avait envie de pousser un peu dans les tours comme il le fait avec son 600 GSR, et préserver la santé de ses gosses. D’abord intéressé par une 159 TBI mais trop rare et difficile à trouver, il se rabat sur ce GT 2.0L JTS de 165cv en attendant de pouvoir trouver un V6 à son gout.

La Brera Rossa appartient à Stanislas, alias Coco (aucun lien non plus…). Amoureux d’Alfa depuis petit grâce à sa tante qui possédait une 159. Lui aussi passé d’abord une 147 mazoutée, il est depuis 7 mois propriétaire de cette Brera 2.2 JTS de 185cv. D’après Stan la Brera n’est vraiment pas un coupé 2+2, à moins de ne pas avoir de tête ou de pouvoir se plier en 8 si l’on doit voyager à l’arrière. Mais quelle ligne hein ?

Les histoires d’alfistes commencent pratiquement toujours par des coups de cœur. Un virus que l’on attrape on ne sait comment. Un peu comme la grippe, sauf qu’heureusement le virus Alfa fait moins mal que la grippe (sauf au portefeuille, parfois !). Alors peu importe si l’on est piqué ou pas, on ne peut définitivement pas rester insensibles à cette paire de culs !

A propos de l'auteur

A la base, De l’essence dans mes veines, c’est un pari… Celui de montrer que la bagnole, on peut l’aimer, en France, comme partout ailleurs. Faire tomber ces putain de clichés à la con, ce sectarisme national totalement débile et cet état d’esprit de plus en plus fermé et kéké. Il reste encore des mecs (Et des filles…) qui aiment les bagnoles, des vrai(e)s, des passionné(e)s… Alors chez De l’essence dans nos veines, notre but est de les traquer… de les trouver et de les mettre en avant, eux et leurs bagnoles. Les chasseurs de Petrolheads, c’est nous !

Le pari fut lancé par un casse burnes professionnel, obstiné et têtu, au caractère de gros con, Thierry Houzé (Alias Ti Ti), passionné devant l’Eternel puis vite rejoint par un Mac Gyver du net et de l’informatique, l’homme de l’ombre, son bras droit, Gregory Boniffacy, le responsable technique. De là, De l’essence dans mes veines a vu le jour… Et vous êtes chaque mois plus de 250.000 à suivre nos pompelup, à travers la planète, pour lire plus de 600.000 pages !

De l'Essence Dans Mes Veines

One thought on “Brera Vs GT – Le coupé selon Alfa…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *