Stan vous parle de sa 147

Présentez votre Alfa Romeo !

Vous souhaitez présenter votre modèle favori ? Téléchargez le document de présentation, complétez-le et envoyez-le nous par email. Nous publierons avec plaisir votre présentation !

Stan vous présente son Alfa Romeo 147, moteur diesel 1.9L JTD 140cv

Je vais aujourd’hui vous présenter une voiture que j’ai longtemps désirée, l’Alfa Romeo 147.

Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147

Pour la petite histoire, j’avais une Golf III et je cherchais impérativement une voiture Diesel (car je faisais beaucoup de kilomètre) ainsi que la clim, option indispensable pour moi.

Alors que je parcourais les autos en vente comme on en voit partout (C4, 207, …) d’un site de vente orange bien connu, ma compagne me suggéra une marque que j’affectionnais déjà : Alfa Romeo. Persuadé que le prix des modèles d’occasions équivalait celui des concurrentes allemandes, je n’avais pas prêté attention aux modèles de la marque au Biscione.

Et là, surprise, les 156 et 147 sont désirables et abordables. Jeune, sans enfant, c’est vers la compacte que je me suis dirigé.

Le week-end suivant, j’allais voir deux 147. La première, rouge de 2005, en JTD 150 et finition Eleganza venait d’avoir un choc et la face avant entièrement refaite. Dommage.

La deuxième, noire de 2004 en JTD 140 et finition Selective ne m’inspirait pas confiance. Vendu dans un garage du 93 (on ne va pas faire de stéréotypes, mais bon…), elle affichait de nombreux messages d’alerte au démarrage. C’était également sans compter sur une auto ayant connu que la ville : coups de portières, rayures et chocs à gogo. Dommage.

Un peu médusé par ces visites, j’en viens à me dire qu’Alfa n’est pas forcément envisageable… Jusqu’à la visite d’un garage tout proche de chez moi.

C’est une phase 1 motorisée par le 1.9 JTD 140cv, 149 800 km au compteur, grise et en finition Distinctive (milieu de gamme). Et celle-là, au moins, ne m’hurlait pas dessus au premier tour de clé.

J’étais donc le 5ème propriétaire (les deux premiers « propriétaires » étant des mandataires…) de cette italienne qui allait devenir ma voiture principale.

Comme toutes les voitures qui arrivent dans mon garage, elles a eu droit à quelques modifications :

  • LED dans tout l’habitacle,
  • Feux avant peint style TI,
  • Becquet arrière peint couleur carrosserie,
  • Freins peint en rouge,
  • Embout d’échappement chromé,
  • Baguettes de pare-chocs repeintes couleur carrosserie,
  • Coques de rétroviseurs chromées,
  • Logo QV sur les ailes,
  • Pédalier et seuils de portes en alus,
  • Répétiteurs de clignotant noirs,
Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147

Motorisation 1.9L JTD

Ma 147 tourne avec le JTD 140 de 1910 cm3 (1,9L) de cylindré.

En un mot, ce moteur est fantastique sur la 147. Alors oui c’est un diesel, oui à froid son bruit s’apparente à celui d’un tracteur mais franchement, quel plaisir à conduire.

Tout d’abord, je rappelle que les 140 cv s’obtiennent à 4 000 trs/min tandis que le couple de 310Nm est disponible dès 2 000 trs/min (notamment grâce au turbo à géométrie variable).

Si ces chiffres sont déjà honorables pour une compacte dont la conception a une vingtaine d’années, il faut en plus le conjuguer au poids contenu d’à peine 1,3 T ainsi qu’un châssis au comportement agile et joueur (légèrement sous-vireur cependant…).

Moteur JTD 1.9L
Moteur JTD 1.9L

Concrètement, inutile de s’embêter à rétrograder parmi les 6 vitesses que propose cette Alfa, il suffit d’écraser l’accélérateur et laisser le JTD nous coller au siège avec de très bonnes reprises et ce, jusqu’à certaines vitesses inavouables.

Et la cerise sur le gâteau ? Ce moteur est un véritable chameau. Comptez entre 6 et 7l de moyenne selon votre type de parcours et le nombre d’œufs que vous avez sous le pied.

A titre d’exemple, je ralliais Paris – Grasse complètement chargé avec un plein (la réserve s’allumant tout juste à l’arrivée…).

Alors bien sûr, tout n’est pas rose. Si le JTD est un exemple de robustesse et de fiabilité (nombre de blocs ont franchi le cap des 500 000 kilomètres, certains sont quasiment au million) il n’en est pas de même pour les équipements périphériques :

  • La vanne EGR a tendance à s’encrasser dès lors qu’on passe trop de temps en ville, comme le capteur turbo ou encore la géométrie variable,
  • Les durites d’air supérieures et inférieures se fissurent avec le temps. Il est préconisé de les changer par des Venairs (comme sur la mienne, en rouge),
  • Les injecteurs peuvent gripper,
  • Le calorstat est une vraie faiblesse sur les Alfa de ses années-là. Il reste ouvert empêchant le moteur de monter en température. Son remplacement étant aisé et son coût modéré, je préconise de le considérer comme du consommable à changer lors des révisions périodiques

Concernant l’entretien, tout est assez facile d’accès (filtre habitacle, vidange, …) à une seule exception : le filtre à air. Ce dernier est logé dans une boite dont l’accès est compliqué. Pour gagner en rapidité, il est même conseillé de dévisser légèrement les vis inférieures de la traverse du radiateur.

En revanche, un gros point noir est à noter au niveau du train avant. Les silents blocs des triangles et les biellettes de barres stabilisatrices ont tendance à montrer des signes de fatigue très rapidement. En moyenne, tous les 100 000 km le train avant est à refaire…

(Consultez notre rubrique MÉCANIQUE. Et pour vous faire aider, inscrivez-vous sur le forum !)

Confort & habitabilité 147

Voiture de tous les jours oblige, je cherchais une auto avec un minimum de confort quand même. Malgré un amortissement assez ferme, la 147 reste une auto confortable et relativement silencieuse sur les longs trajets. D’abord de par son isolation (je rappelle que la conception à près de 20 ans désormais) qui est encore un cran au-dessus de certaines productions modernes mais aussi par la sixième vitesse qui permet d’avoir un régime moteur contenu sur autoroute (env. 2 500 trs/min à 140 km/h).

Alfa Romeo 147 - Intérieur
Alfa Romeo 147 - Intérieur
Alfa Romeo 147 - Intérieur
Alfa Romeo 147 - Intérieur

Comme toute Alfa qui se respecte, cette 147 ne convient pas aux (très) grandes personnes qui pourront s’y sentir un peu à l’étroit, y compris à l’avant.

La 147 existe aussi bien en 5 portes qu’en 3.  Sur cette dernière, l’accès aux places arrières se fait aisément. D’ailleurs, celles-ci se révèlent relativement confortables sur les longs parcours. Pour avoir été passager arrière de ma voiture, je n’ai pas ressenti ni gêne ni problème particulier.

Le coffre offre une capacité de 280 litres. La 147 n’est clairement pas la reine de sa catégorie dans ce domaine. Néanmoins le seuil est assez bas et la possibilité de rabattre les sièges arrière en 1/3 2/3 permet de gagner en volume si besoin.

Toujours à titre d’exemple, le Paris – Grasse s’est fait à 5 adultes (ainsi que les bagages qui vont avec) sans soucis.

Coffre Alfa Romeo 147
Coffre Alfa Romeo 147

Technologie à bord

Alfa n’a jamais été précurseur dans le domaine de la technologie automobile et ce modèle nous le montre une fois de plus.

La majorité des 147 sont en finition Distinctive (milieu de gamme) et comportent déjà quelques options sympa :

  • Essuie-glace automatique,
  • Climatisation automatique bi-zone,
  • Commande au volant,
  • Sièges en cuir,
  • Ordinateur de bord,

Les versions Sélective (haut-de-gamme) peuvent avoir en plus le toit ouvrant, le GPS, l’alarme volumétrique, les sièges chauffant, les feux avant xénon, les radars de recul, …

En soit, des options intéressantes pour une compacte.

En revanche, il y a bien quelques hérésies comme, par exemple, les feux automatiques qui n’existent tout simplement pas sur les 147 / GT / 156.

L’ordinateur de bord a la fâcheuse tendance à être très optimiste sur cette génération d’Alfa, notamment en ce qui concerne l’autonomie, la consommation instantanée et la consommation moyenne…

Tableau de bord Alfa Romeo 147
Tableau de bord Alfa Romeo 147
Tableau de bord Alfa Romeo 147
Tableau de bord Alfa Romeo 147

En conclusion, et malgré tous les déboires que j’ai eu avec (sans pour autant me laisser en rade sur le bord de la route), la 147 a été une des voitures qui m’a le plus marqué. Ma compagne la regrette d’ailleurs beaucoup.

C’est une Alfa, une voiture avec beaucoup de charme et un plaisir de conduite malgré que la motorisation soit aujourd’hui au centre de l’attention…

Je l’ai revendue pour un autre jouet de la même marque…. Une Brera dont vous retrouverez également mon témoignage sur le portail Passion-Alfa.

Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147
Alfa Romeo 147

3 points que j’aime le plus :

  • Style italien bien marqué et pas trop daté, même si le coup de vieux commence à se faire sentir
  • Comportement agile et joueur
  • Moteur agréable avec une consommation contenue…

3 points que j’aime moins :

  • Avec toutefois une sonorité de « tracteur » à froid
  • Fiabilité des périphériques autour du moteur
  • Coffre un peu petit pour une compacte

Le Staff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *